Entretien avec Jeanine Rutigliano, ambassadrice PSIO

Ambassadrice Psio

J’ai fait pas mal de choses au niveau des métiers. J’étais dans la gestion du risque, pas du tout dans ma personnalité. Mais comme j’aimais beaucoup les gens, je me suis dis que les intérimaires étaient mal reçu, je réorganise les agences. Jusqu’au jour où mon patron me demande de prendre en charge la rénovation de 500 m2 de bureaux. On doit avoir des qualités enfouies car je n’y connaissais rien mais j’ai adoré. Du coup j’ai proposé de le faire pour toutes les agences. 

Suite à une restructuration de la direction régionale, je me suis mise à mon compte en maitrise d’oeuvre. Sans diplôme, sans rien j’ai travaillé sur le 1/4 sud-est d’un groupe mondial. J’ai également ouvert une boutique Christian Audigier (présent dans le monde entier). 

Cette boutique a créé pas mal de jalousies, j’ai fini par faire un burn out car je n’ai pas su gérer mes émotions. J’étais l’entreprise avant d’être moi. On épuise son corps sans s’en rendre compte. Je suis tombée et j’ai eu une longue reconstruction. 

J’ai fait un gros travail personnel, sur moi, pour apprendre en autre à gérer mes émotions. Je me suis reconstruite, j’ai été beaucoup dans la nature. J’ai fait des belles rencontres, notamment dans l’énergétique. 

Je suis ambassadrice des lunettes Psio : un appareil de luminothérapie et relaxation pour arriver à lâcher prise, afin de se ressourcer et mieux dormir. C’est également la gestion de la douleur, et aussi des programmes sur la confiance en soi. C’est une prévention du burnout. 

Je suis aujourd’hui dans la prévention, j’ai tellement souffert pendant ces années pour me redonner à moi. Quand j’ai connu cet appareil, je me suis dit qu’il faut que je le fasse connaitre, comme une mission de vie.

Aujourd’hui, je veux travailler sur l’être au lieu d’être dans le faire.

3 pépites :

1 – Ne lâchez pas le salariat d’un seul coup.

C’est mieux de commencer à tester son activité avant de se lancer, car cela peut ne pas marcher. Cela peut être quelque chose de génial, mais peut-être que c’est avant gardiste par rapport aux attentes du public. Ne pas oublier que ce sont les autres qui vont acheter. Cela doit répondre à la demande.

2 – Etre passionnée par ce que vous faites.

Mais attention de ne pas vous perdre dans la passion. La passion ne suffit pas. Il faut avoir une vision en plus de la passion. Je suis tombée car je n’avais pas de vision. 

3 – Travailler en conscience.

Souvent on sait, mais l’information ne redescend pas en nous. Appliquez-vous vraiment ce que vous savez ? 

Le lâcher prise est primordial dedans. Il évite le burnout et les dépressions. Vivez au temps présent : tout va bien, vous avez un toit, vous mangez. Lâchez la pression.

Les gens ne savent pas que c’est dans le lâcher prise que la créativité ressort. Les intuitions arrivent, et si on n’est pas dans le lâcher prise, on ne voit pas, on n’entend pas de qui se passe autour de nous, on loupe des opportunités. On est soumis à beaucoup de pression, on est tous trop connectés, il faut savoir ne pas s’oublier et être égoïste. Il faut s’accorder du temps pour soi, mais que pour soi. Pour être bien avec les autres, il faut passer du temps avec soi. 

Pour voir l’interview en entière (17 mn) :

Pour contacter Jeanine : 

Jeanine Rutigliano : 06 84 63 65 32

Et sur Facebook : Jeanine Rutigliano

Pour voir l’interview :

Curabitur ultricies commodo odio fringilla diam et, quis, ut venenatis, Phasellus Retour haut de page